samedi 10 mai 2008

Dieu, le hasard et l'infini

Dieu, le hasard et l’infini ne sont qu’un aveu de notre ignorance.
Nommer son ignorance ne rend ni plus savant ni plus heureux.

4 commentaires:

Harmoblues a dit…

C'est en voulant connaître toujours davantage qu'on se rend compte qu'on ne sait pas grand-chose...

Jean-Luc a dit…

Refuser Dieu, c'est accepter qu'il existe.

Serge Guégan a dit…

Bonjour,
"Nommer son ignorance ne rend ni plus savant ni plus heureux..." écrivez-vous.
Le contraire non plus.
Mais est-ce la question ? Je crois que tout homme cherche, c'est dans sa nature.
Pour moi l'homme ne peut pas ne pas se poser les questions de Dieu, du hasard et de la nécessité, du fini et de l'infini...qu'ils les nomment ou qu'ils ne les nomment pas.
Après chacun pose la question comme il veut et tente d'y répondre comme il peut, dans un contexte culturel donné auquel personne ne peut échapper complètement.
Le fait de dire Dieu n'est pas parce qu'il n'est pas possible de le démontrer autrement que "métaphysiquement" est pour moi une réponse comme une autre. Mais surtout cette réponse indique qu'il y a quelque part une question en amont...
Sinon vous n'auriez pas choisi cet "aphorisme" : "Dieu, le hasard et l'infini".
Cordialement
Serge Guégan
ps : je suis venu jusqu'à votre blog via "facebook"...

Jean Robberecht a dit…

Bonjour Serge,

Tout d'abord merci pour votre commentaire.
Mon aphorisme mets l'accent sur le fait que c'est souvent une facilité de mettre un nom sur quelque chose qu'on ne comprend pas. C'est plus confortable voire rassurant.
Lorsque l'humanité n'était pas en mesure de comprendre le soleil, le tonnerre, on les considéraient comme des dieux et des sacrifices étaient faits en leurs noms. On sait aujourd'hui ce qu'il en est.
Le hasard n'est également qu'un mot sur notre incapacité à prévoir des événements car le nombre de paramètres influant sur leur enchaînements est trop important. Comme disait Einstein, "Dieu ne joue pas aux dés". Le principe d'incertitude d'Eisenberg et le mouvement Brownien ne m'ont jamais satisfaits intellectuellement.
Ce je voulais dire est que l'homme a une fâcheuse tendance à masquer son ignorance par des concepts soit disant intellectuels. Pire, ils considèrent même que c'est cela la spiritualité.
Pour moi la spiritualité consiste à FAIRE FACE à notre ignorance, à l'affronter pour essayer de comprendre. Là est la grandeur de l'homme. Et d'ailleurs ceux qui ont fait de la vrai spiritualité, Socrate, Galilée et malheureusement bien d'autres ont été fustigés par les soit-disants maîtres de la spiritualité, les religieux !
Utiliser des mots pour masquer son ignorance et prétendre ensuite qu'ils constituent les fondations de la spiritualité humaine est un mensonge.
Faire face à son ignorance en voulant savoir, voilà la vrai spiritualité, voilà ce qu'est être un honnête homme au sens de Diderot.